- Article du 23 mai 2014 - Laurent

 

Une première

Il s'agit avant tout d'une première. Comme toute histoire en général, il nous faut une première fois.
En l'occurrence, cela est ma première réunion politique de toute ma vie. Premiers sentiments passés, je me retrouve donc dans une salle se remplissant pour connaître ce mouvement politique: "Nouvelle Donne". Toute première fois se passant mal en général, je n'est pas dérogé à la règle. En ce sens, que la tête d'affiche, à savoir pierre Larrouturou, ne sera finalement pas là ce soir.
La raison annoncée étant notamment une charge de travail consistant à porter plainte, auprès du CSA, contre le fait que le parti Nouvelle Donne ne soit pas visible dans les médias. Complainte recevable donc.

Une écoute avant tout

Passé le moment d'excuse de la tête d'affiche, par vidéo pré-enregistrée, nous passons à la réalité du débat. Présentation des personnes en présence. Mais des illustres inconnus me concernant: Emmanuel Poilane, Mary Haway, et Clément Barailla.

Clément Barailla, petit jeunot de l'équipe m'a semblé en premier lieu être attentif à tenir un discours, voir une histoire bien récitée. D'où ma difficulté à cerner le politique du comédien. Des comédiens en politique, nous n'en sommes pas orphelin. Je reste donc sur ma fin et abandonne la spontanéité, au besoin de bien faire.
Emmanuel Poilane, le taulier de l'équipe visiblement, a apporté une touche de réalisme à l'équipe présentée.
Mary Haway, la caution féminine peut-être. En tout cas, elle a bien défendu le rôle de la femme dans un mandat politique. Mais je n'ai pas perçu son rôle dans l'équipe.

Le climat et la finance au coeur du débat

Les constations furent sans appel. La finance n'est absolument pas régulée malgré les discours de nos gouvernants.
Le cimat va nécessiter un très important financement, pour les années à venir.

J'ai aimé

Apporter une réduction de charges aux sociétés qui embaucheront. Pourquoi financer éternellement des personnes au chômage, alors que l'on pourrait utiliser leurs allocations pour les aider à retrouver un emploi.
En gros, on permet à une société d'embaucher en défiscalisant une partie du salaire. En ce sens où, on récupère cette défiscalisation en voyant cette personne quitter la masse des chômeurs et leur charge à la communauté.
Cela demandant bien entendu de réaliser des transferts de charges entre organisme.

Vidéos

- Nouvelle donne pour les élections Européennes 2014:

 

http://www.launix.net/ © 2014