- Article du 29 mars 2014 - Laurent

 

Constat évident

Le désamour de la politique en France n'a sans doute rarement été aussi réel qu'aujourd'hui. Mais il serait plus honnête de parler de la classe politique plus précisement. En effet, les personnages de la sphère dirigeante de nos partis semblent ne plus offrir une certaine représentation de tout citoyen que nous sommes.

Responsabilité commune

Passé la déception de la génération Chiraquienne, le vent nouveau porté par Nicolas Sarkozy devait offrir un second souffle à une droite toujours au commande dans notre pays. Une crise internationale sans précédent depuis les années 30, est passée par là. Les discours volontaristes porté par l'omniprésent Sarko ont permis a bon nombres de Français d'espérer un renouveau des valeurs de droite: travail, nation. La déception fut à la mesure des retombées lors de l'élection de 2012. Il est alors apparut une nouvelle race de politique. Un président modèle. Un président à l'inverse du précédent, qui avait pourtant porté haut les couleurs du dynamisme en politique. Une volonté de faire bouger la France. Mais non, ce président n'était pas normal. La France allait donc retrouver un président au-dessus moralement que ces prédécesseur. Un président qui en une synthèse pouvait prouver en un mandat, les vraies valeurs de la France. Autant dire, que la déception aujourd'hui est profonde dans notre pays. Au delà des promesses habituelles de campagnes, le cursus pointé sur les valeurs morales de la politiques à été imaginairement faussé.

L'avenir de la politique

Aujourd'hui, la droite et la gauche semblent ne plus fédérer de part leur déception commune. Qu'en adviendra donc de la future classe politique? La monté du FN va-t-elle continuer après ces élections en cette année 2014?

 

http://www.launix.net/ © 2014